La Déconstruction comme indice de dissimulation d’un traumatisme d’enfance: Le Cas de “Nord perdu” de Nancy Huston

Screen Shot 2016-08-29 at 5.28.49 PM

Danielle Schaub, Oranim College of Education, Isreal

DATE: Jeudi 8 septembre, 2016 @ 16h

PLACE: A4-348, Université de Sherbrooke

Dans son étude sur la théorie de la négativité psychique élaborée par Melanie Klein, Jacqueline Rose suggère une lecture de textes « s’attachant aux moments où l’écriture déraille, quand elle fait défaut à . . . ses propres tests de cohérence, révélant . . . son ‘autre’ scène », démontrant ainsi « le triomphe de l’inconscient » (Rose 128). Examiné de la sorte, Nord perdu de Nancy Huston révèle un modèle particulier de déraillement. Le texte semble perdre pied petit à petit alors même qu’il s’engage dans une recherche d’une source originaire pour déconstruire la métaphore « perdre le nord », liée à un traumatisme d’enfance. La voix textuelle reste flottante d’autant plus que le langage dérive du centre du moi de la voix textuelle. Nord perdu illustre une exploitation singulière du jeu de mots Derridien, fabricant des associations tout en sondant les significations de la dés/orientation. Cependant, même si le langage explose, le texte reste néanmoins lié à des modèles unitaires phallocratiques. La déconstruction dans Nord perdu poursuit les traces d’abstractions intellectuelles, n’explorant pratiquement pas la trame émotionnelle, physique et sensuelle, effaçant ainsi le lien avec la terre. Bien que le texte tende à dépasser le sens unitaire, la voix textuelle suit un fil unidirectionnel, évitant les zones affectives, effaçant le féminin source de traumatisme enfantin, l’incitant ainsi à se prendre à son propre piège.

Danielle Schaub a fait ses études à Bruxelles (Belgique) et à Cambridge (Angleterre). Elle a enseigné à l’Université de Cambridge en Angleterre et à l’Université Libre de Bruxelles en Belgique avant d’émigrer en Israël. Elle enseigne la littérature anglaise et canadienne ainsi que l’écriture créative au Département d’Anglais d’Oranim, the Academic College of Education (l’ancien campus secondaire de l’Université de Haïfa). Sa recherche a porté sur les écrits autobiographiques, la littérature transnationale, les représentations spatiales de la subjectivité féminine ainsi que sur l’interaction entre le texte et l’image. Influencée par sa récente formation en bibliothérapie, sa recherche porte présentement sur les représentations littéraires du trauma et sur les interprétations psychanalytiques d’oeuvres filmiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *